Guerir notre systeme des ante banner ad
Le Courant
Abonnement English Suivez:
Headline: Sign up for lifeArticle-vedette
S'inscrire à la vie
Un nouvel élan au programme de dons d'organes, d'yeux et de tissus pourrait aider plus de Manitobains comme Dean Omeniuk
Voici Dean Omeniuk, greffé du cœur à deux reprises, et sa conjointe Cathy.
Par Susie Strachan Photo : Marianne Helm Sept. / Oct. 2017
Partagez
Share this on Twitter Share this on Facebook Share this via Email

Il est assez rare de rencontrer une personne qui a subi une greffe du cœur. C'est doublement vrai quand on voit Dean Omeniuk.

Au printemps dernier, M. Omeniuk a subi une greffe cardiaque pour remplacer le cœur qu'il avait reçu en 1996.

À l'époque, Dean était un jeune papa. Il passait la longue fin de semaine de septembre au chalet, lorsque sa femme, Cathy Omeniuk, s'est inquiétée de le voir toujours essoufflé. Elle l'a donc conduit à l'hôpital de Selkirk, pensant qu'il faisait une pneumonie.

C'est là que Dean a appris qu'il avait contracté un virus ayant attaqué son cœur. Il a été transféré au Centre des sciences de la santé de Winnipeg, où il a passé les deux semaines suivantes avant d'être transféré à London, en Ontario, en attendant de recevoir un nouveau cœur en décembre.

Dr. Faisal Siddiqui
Le Dr Faisal Siddiqui précise qu'en tout temps,
il y a environ 200 Manitobains en attente d'une
greffe de rein.

« Pendant les vingt années suivantes, je n'ai vraiment eu aucun problème avec ce cœur », raconte M. Omeniuk. Mais les choses ont bien changé vers la fin de 2016, quand des biopsies et des angiogrammes ont montré qu'il y avait des complications. L'équipe soignante de Dean a commencé à le préparer pour une deuxième greffe, qui s'est déroulée à Edmonton (Alberta) en avril dernier.

Aujourd'hui, ce papa de trois enfants est de retour au travail avec son deuxième nouveau cœur dans son entreprise, D & D Excavating and Hauling à Birds Hill, dont il est propriétaire avec sa conjointe Cathy. Son équipe manitobaine de transplantation continue de suivre de près sa condition physique grâce à des examens de contrôle réguliers.

Clairement, Dean est en vie aujourd'hui parce que deux personnes ont consenti à donner leurs organes. Et il n'est pas le seul.

Bien des vies ont été sauvées ou améliorées au fil des ans grâce aux dons d'organes, d'yeux et de tissus. De fait, le gouvernement fédéral estime qu'un seul donneur peut sauver jusqu'à huit vies et aider jusqu'à 75 personnes à rehausser leur qualité de vie.

Malgré ces chiffres impressionnants, le fait demeure que le taux de consentement au don d'organes et de tissus au Manitoba est encore bien inférieur à ceux d'autres régions sanitaires de l'Amérique du Nord.

Ainsi, le taux d'inscription de donneurs au site Sign Up for Life/S'inscrire à la vie, qui sert de registre central aux dons d'organes, de tissus et d'yeux au Manitoba, est présentement d'environ 1,5 pour cent. En comparaison, d'autres régions du Canada et des États-Unis affichent des taux d'inscription de 30 pour cent ou plus.

En août de cette année, un peu plus de 20 000 Manitobains avaient inscrit leur décision d'être donneurs, selon le Dr Faisal Siddiqui, médecin au programme Don de vie/Gift of Life de Transplant Manitoba.

Et bien que ce nombre augmente chaque année, le Dr Siddiqui affirme qu'il pourrait grimper bien davantage si les gens prenaient le temps de s'inscrire pour devenir donneurs d'organes et de tissus.

« Nous demandons instamment à tous les Manitobains de se rendre en ligne et d'inscrire leur décision, ce qui prend à peine deux minutes », ajoute le Dr Siddiqui.

Le registre en ligne des dons d'organes sert aux trois organismes de dons de tissus humains. 
Cliquez ci-dessous pour en savoir davantage à leur sujet.
Lettres de
gratitude

LIRE LA SUITE
Oeil pour
oeil

LIRE LA SUITE
Affaires de
famille

LIRE LA SUITE

La transplantation est souvent le seul traitement pour des patients dont les organes sont endommagés par suite de blessures ou de maladie et qui, autrement, seraient condamnés à mort, explique le Dr Siddiqui. Les dons de peau, d'os, d'yeux et de valvules cardiaques peuvent aussi méliorer radicalement la qualité de vie de personnes de tous âges.

S'inscrire à la vie logo

En tout temps, il y a environ 200 personnes sur une liste d'attente pour une greffe de rein, et une vingtaine de patients sont en attente d'une transplantation de poumon, de cœur ou de foie. De plus, une centaine de patients sont candidats à une greffe de la cornée.

Le registre en ligne des donneurs sert aux trois organismes responsables des dons de tissus humains. Transplant Manitoba pour les grands organes, la Banque de tissus du Manitoba pour la peau, les os et les tendons, et la banque des yeux Misericordia pour les cornées et autres parties de l'œil.

Une raison expliquant en partie pourquoi le Manitoba tire de l'arrière par rapport à d'autres instances sanitaires peut être que bien des Manitobains ont signé une carte de portefeuille indiquant leur choix d'être donneurs, qui peut être impossible à retracer. Créé en 2012, le registre en ligne conserve précieusement les noms des personnes consentantes au don d'organes, ce qui signifie que l'information est toujours disponible en cas de besoin.

Dans un effort visant à faciliter davantage les dons d'organes, l'Office régional de la santé de Winnipeg a également mis en place un système de recommandation obligatoire, qui permet à toutes les unités de soins intensifs et aux services d'urgence d'informer le bureau du programme Don de vie/ Gift of Life après que la décision a été prise de retirer les dispositifs de maintien des fonctions vitales et si le patient satisfait aux critères de dons d'organes.

Depuis l'adoption de cette politique, le pourcentage de tous les donneurs potentiels recommandés a grimpé, passant de 35,1 pour cent en 2014 à 74,3 pour cent en 2016.

Cependant, il importe de noter que seulement un à deux pour cent des donneurs potentiels satisferont aux critères obligatoires, et que ce n'est pas dans tous les cas que la greffe sera réellement effectuée. De plus, on dispose d'un délai très court pour prélever et conserver les organes en toute sécurité, précise le Dr Siddiqui.

« L'équipe a travaillé dur pour sensibiliser le personnel (des soins intensifs et des services d'urgence) et établir les contacts nécessaires, et nous sommes très heureux de la hausse du taux de recommandation. Cette augmentation signifie que les responsables du programme sont avisés de tous les cas de dons d'organes potentiels.

Toutefois, ce ne sont pas tous ces organes qui feront l'objet d'une transplantation, et ce pour diverses raisons - les tests démontrent que la personne n'est pas admissible, la famille refuse le prélèvement, le patient n'a jamais été un candidat à la greffe dès le départ. »

En 2015, le programme a inscrit 131 recommandations de personnes, dont 93 ont été identifiées en tant que donneurs potentiels et 48 ont satisfait aux critères. Dans 43 pour cent des cas, les familles n'ont pas consenti au don, et dix-sept ont continué le processus jusqu'au don d'organes. En 2016, 233 recommandations ont été reçues et 101 cas ont été identifiés comme étant donneurs potentiels, 75 d'entre eux répondant aux critères. Cette fois, 51 pour cent des familles ont refusé le prélèvement, et les dons d'organes ont été effectués dans seize cas.

Alors, que peut-on faire pour accroître le nombre total de dons de tissus humains?

Le Dr Siddiqui considère que la principale étape en vue d'augmenter les dons d'organes pour les Manitobains qui en ont besoin est d'amorcer la discussion en famille sur le don d'organes avant qu'une décision doive être prise.

« Quand les familles savent que leur proche voulait être donneur, 90 pour cent d'entre elles respectent ce choix », explique Le Dr Siddiqui.

« Une fois qu'un donneur potentiel est identifié, le protocole de notification habituel prévoit que nous soyons avisés que la personne est hospitalisée et satisfait à deux critères : elle est maintenue en vie à l'aide d'un respirateur artificiel et d'autres appareils, et il y a de fortes probabilités qu'elle ne survive pas à ses blessures. Une discussion s'enclenche alors afin de prendre des décisions de fin de vie.

« Nos coordonnateurs de dons d'organes examinent les dossiers, vérifient le registre des donneurs et rencontrent la famille. »

« Nous demandons instamment à tous les Manitobains de se rendre en ligne et d'inscrire leur décision, ce qui prend à peine deux minutes. »

Si la personne satisfait aux critères pour donner ses organes, les médecins de Transplant Manitoba et les coordonnateurs des dons d'organes travaillent de concert afin de s'assurer que la volonté de cette personne sera respectée.

Il est important que les gens parlent à leur famille de leur volonté d'être donneur d'organes, indique le Dr Siddiqui. « Il y a un nombre croissant de gens qui y pensent, surtout à un moment de leur vie où ils se rendent compte que s'ils en arrivaient à un point où la mort est inéluctable, ils peuvent encore faire du bien à d'autres. »

En 2016, le gouvernement provincial a permis le don d'organes après la mort cardiocirculatoire. Dans ces cas, un don n'est envisagé que si toutes les manœuvres de réanimation ont échoué. Après la mort cardiocirculatoire, c'est-à-dire lorsque le cœur s'arrête définitivement, il est possible d'envisager la transplantation des poumons, du foie, des reins, du pancréas, de divers tissus et des cornées.

Les greffes de reins et de cornées peuvent être effectuées à Winnipeg, mais les autres transplantations sont faites ailleurs au Canada, précise le Dr Siddiqui. Les équipes de Transplant Manitoba travaillent en étroite collaboration avec leurs homologues des autres provinces pour faire en sorte que les dons d'organes profitent aux personnes qui sont le plus à risque.

Transplant Manitoba souhaite voir augmenter le nombre de donneurs de la province. « Nous savons que 90 pour cent des Canadiens appuient le don d'organes. Environ 50 pour cent y ont pensé, et 30 pour cent se sont inscrits, explique le Dr Siddiqui. Nous voulons augmenter les nombres ici. C'est un cadeau extraordinaire, quand on y pense, de pouvoir aider d'autres personnes à vivre et à recouvrer la santé. »

Sachant l'importance du don d'organes, Dean Omeniuk et sa femme Cathy ont eu l'idée d'encourager plus de Manitobains à s'inscrire au registre. Ils ont installé des autocollants sur un de leurs camions à gravier, montrant des pulsations d'ECG (électrocardiogramme) et un message invitant à S'inscrire à la vie/Sign Up for Life.

« Nous voulons passer le message : ça ne prend qu'une couple de minutes pour signer le registre, affirme Dean. Je ne pourrai jamais dire assez toute ma reconnaissance aux deux personnes qui ont pris la décision de faire don de leurs organes lorsque leur vie prendrait fin. Elles m'ont donné leur cœur, et cela me remplit de gratitude. »

Susie Strachan est conseillère en communications auprès de la Région sanitaire de Winnipeg.

En chiffres

En 2016, il y a eu :

200
Manitobains sur la liste d'attente pour une greffe de rein

20
Manitobains en attente d'une greffe de poumon, de cœur ou de foie

100
Manitobains candidats pour une greffe de la cornée

16
Dons de multiples organes faits par des Manitobains après leur décès

Source: Transplant Manitoba