Guerir notre systeme des ante banner ad
Le Courant
Abonnement English Suivez:
Photo of Kim Little and her son, JeffreyArticle vedette
Redonner le
sourire

L'initiative sourire en santé, enfant
heureux vise à fournir de meilleurs soins
de santé buccodentaire aux enfants
autochtones
Kim Little affirme que son fils Jeffrey a profité de l'initiative Sourire en santé, enfant heureux. (Photo : Marianne Helm)
Partagez
Share this on Twitter Share this on Facebook Share this via Email

Par Sharon Chisvin
Nov./Déc. 2018

Au Centre familial de la rue Andrews, Jeffrey, un garçon de cinq ans, dévale l'escalier, un large sourire au visage et ses trois petites tresses se balançant.

Il court vers sa mère, Kim Little, lui fait rapidement un câlin, puis est chaleureusement accueilli par une demi-douzaine d'adultes réunis au sous-sol de ce centre, situé au cœur de la ville.

Ce groupe d'adultes comprend deux dentistes, le Dr Robert Schroth et la Dre Khalida Hai-Santiago, ainsi qu'une hygiéniste dentaire, un étudiant diplômé en santé publique et d'autres membres d'une équipe spéciale de recherche interdisciplinaire en santé buccodentaire.

Cette équipe s'est rendue au centre en ce lundi matin frisquet pour offrir gratuitement une clinique de dépistage en santé dentaire et recruter des membres de la communauté en vue d'une nouvelle étude préliminaire sur la carie de la petite enfance.

Jeffrey est un élève du programme d'aide préscolaire Oshki-Majahitowiin offert au rez-de-chaussée du centre familial. Il fait partie des 14 enfants de moins de six ans qui auront aujourd'hui un examen fait par les dentistes Schroth et Hai-Santiago.

Les examens dentaires, qui durent seulement quelques minutes, sont faits après qu'un parent ou une personne responsable des enfants a rempli, avec l'aide d'un membre de l'équipe de recherche, un questionnaire détaillé de plusieurs pages concernant la famille, les habitudes alimentaires, les habitudes d'hygiène buccodentaire, ainsi que les connaissances et des comportements liés à la santé buccodentaire des jeunes enfants.

Photo of members of the Abinoje Head Start Program in Duck Bay
Les membres du programme d'aide préscolaire Abinoje de Duck Bay, à partir de la gauche : Ruby Chartrand, Clarice Genaille, Monica Genaille et Brandon Chartrand. À droite : Frances Chartrand, vice-présidente du conseil métis du Nord-Ouest de la Fédération des Métis du Manitoba.

Les questionnaires et les examens de dépistage font partie d'un effort pour comprendre comment on pourrait rehausser l'initiative Sourire en santé, enfant heureux pour promouvoir plus efficacement la santé buccodentaire des jeunes enfants métis et des Premières Nations du Manitoba. Sourire en santé, enfant heureux est un projet communautaire concerté réunissant plusieurs organismes afin d'améliorer le dépistage et la prévention de la carie de la petite enfance.

La carie de la petite enfance est un important problème de santé au Manitoba. Des études indiquent que jusqu'à 40 % des enfants de la province auront au moins une dent de lait cariée avant l'âge de six ans. De plus, on estime que jusqu'à 3000 enfants d'âge préscolaire par année devront subir une chirurgie dentaire pédiatrique pour traiter des problèmes de carie.

L'initiative Sourire en santé, enfant heureux a été mise sur pied en 2000 afin de prendre des mesures à cet égard. Le programme se penche sur le temps d'attente, les risques et les coûts associés aux interventions chirurgicales, ainsi que sur les causes et les conditions qui favorisent la carie de la petite enfance et les déterminants sociaux de la santé qui contribuent à ces causes et conditions.

Photo of Dr. Bob Schroth with Boi and Brandy Edwards
Le Dr Bob Schroth montre des photos à Boi Edwards pour le préparer à son examen, sous le regard de sa mère, Brandy. (Photo : Marianne Helm)

Toutefois, il reste beaucoup à faire, particulièrement dans la communauté autochtone.

« Nous devons présenter aux parents d'autres façons de prévenir et traiter la carie dentaire chez les jeunes enfants, y compris d'autres solutions que l'anesthésie générale, ajoute Robert Schroth, l'un des responsables de Sourire en santé, enfant heureux. Par le passé, la recherche a montré que le programme Sourire en santé fait effectivement une différence. Nous avons donc décidé de l'étendre aux communautés autochtones et métisses. »

Ainsi, un processus en plusieurs volets a été mis sur pied pour cerner les politiques et les pratiques en matière de santé buccodentaire qu'il faut changer; pour offrir d'autres solutions concluantes afin de remplacer ces politiques et ces pratiques désuètes et pour faire un suivi dans le but de connaître l'effet de ces changements sur la santé buccodentaire et le bien-être général des enfants, ainsi que sur le comportement et les connaissances des parents en matière de santé dentaire.

L'essor de l'initiative Sourire en santé, enfant heureux s'inspire de l'esprit de réconciliation et respecte et soutient les enseignements traditionnels concernant la santé buccodentaire. On collabore avec divers intervenants, services, communautés et partenaires métis et des Premières Nations, y compris la Fédération des Métis du Manitoba (MMF) et Nanaandawewigamig, soit le Secrétariat à la santé et au développement social des Premières Nations (SSDSPNM).

« Le rôle du SSDSPNM consiste à s'assurer que les enfants des Premières Nations ont accès à des soins dentaires pour la prévention, la promotion et les traitements, partout au Manitoba », explique Rhonda Campbell, l'infirmière conseillère de l'organisme pour le programme Strengthening Families Maternal Child Health. Nous participons à l'échange de connaissances dans la cadre de l'initiative Sourire en santé, enfant heureux, ainsi qu'à des activités de recherche à titre d'utilisateurs de connaissances ».

Pour ce faire, les communautés métisses de Camperville et Duck Bay, ainsi que la Première Nation de Pine Creek, ont participé l'été dernier à une série de cercles de partage, de consultations et de groupes de discussion animés par l'équipe de Sourire en santé, enfant heureux. Des intervenants des communautés, des parents et des fournisseurs de soins de Point Douglas, où se trouve le Centre familial de la rue Andrews, ont aussi été invités pour partager leurs points de vue à l'occasion de discussions communautaires.

Photo of Melina Sturym and Brandy Edwards
L'hygiéniste dentaire et éducatrice en santé buccodentaire Melina Sturym (à gauche) aide Brandy Edwards à répondre au questionnaire de l'initiative Sourire en santé, enfant heureux. (Photo : Marianne Helm)

« Nous avons demandé aux participants des groupes de discussion de nous parler de leurs connaissances, attitudes et comportements concernant la santé buccodentaire des très jeunes enfants », explique Daniella DeMaré, coordonnatrice du programme Sourire en santé, enfant heureux. Nous leur avons demandé de nous parler de leurs habitudes, de nous dire où ils obtiennent de l'information, ce qu'ils aimeraient voir et ce qui leur serait utile. »

L'information ainsi recueillie sera analysée, tout comme les données des examens dentaires et des questionnaires remplis par les parents et les autres adultes afin d'améliorer les messages de prévention et de fournir de meilleurs soins, ajoute-t-elle.

La carie chez les jeunes enfants se caractérise par la présence de dégradation, d'obturation des dents de lait ou l'absence de certaines dents. Fondamentalement, la carie est causée par des bactéries qui transforment le sucre contenu dans les aliments et les boissons en acides déposés sur la surface des dents.

« Les parents ne connaissent pas nécessairement les risques liés aux sucres naturels contenus dans les boissons qu'ils donnent à leurs enfants, même dans le lait », dit Robert Schroth.

Toutefois, poursuit-il, la carie de la petite enfance est beaucoup plus complexe, car elle est causée par de nombreux facteurs sous-jacents et interreliés. En plus des habitudes alimentaires inadéquates, notons l'accès restreint ou inexistant à l'eau fluorée, l'accès limité à des aliments sains, ainsi que l'éducation et les services limités en matière de santé buccodentaire.

« L'incidence de la carie dentaire liée à l'accès et à des facteurs économiques est plus élevée chez les enfants des communautés autochtones, affirme Robert Schroth. Par exemple, les gens de Duck Bay, Camperville et Pine Creek doivent se rendre à Dauphin, à une heure de route, pour obtenir des soins. Certaines communautés sont si petites qu'elles n'ont pas de vrais centres médicaux ».

La carie de la petite enfance n'affecte pas seulement les dents. Elle peut avoir un impact néfaste sur le développement du langage, les habitudes alimentaires et le sommeil et a été associée à la malnutrition, à l'anémie et aux carences en fer et en vitamine D chez les enfants.

« En tant qu'infirmière travaillant les communautés, je vois beaucoup de caries dentaires sévères qui nécessitent des traitements, affirme Rhonda Campbell. Les effets de la carie dentaire sont néfastes pour les enfants. Nous devons faire plus de promotion et de prévention dans les communautés ».

La nature exacte des mesures de promotion et de prévention sera largement déterminée par les observations de Robert Schroth et de Khalida Hai-Santiago à l'occasion des dépistages et par les réponses aux questionnaires reçues par l'équipe de Sourire en santé, enfant heureux. Le fait de savoir à quelle fréquence et pendant combien de temps les enfants sont nourris au biberon et à quels moments ils prennent des collations et brossent leurs dents aidera l'équipe à déterminer exactement les lacunes en matière de sensibilisation et les comportements qui doivent être changés.

Photo of Healthy Smile Happy Child team in Pine Creek
L'équipe de Sourire en santé, enfant heureux à Pine Creek, de gauche à droite : Kaili Gilroy, éducatrice en santé buccodentaire, Daniella DeMaré, coordonnatrice du projet, Paula Richards, représentante en santé communautaire, et Grace Kyoon Achan.

« Les questionnaires sont très détaillés, explique Khalida Hai-Santiago qui est consultante en santé buccodentaire pour Santé Manitoba. On demande aux parents et aux personnes qui s'occupent des enfants ce qu'ils font pour leurs enfants et pourquoi ils le font. Toutefois, cette approche se fait sans jugement ».

« Cette initiative très traditionnelle est différente de ce qui se fait dans les communautés urbaines, ajoute Khalida Hai-Santiago. Nous amenons les parents à réfléchir à leur façon de s'occuper de leurs enfants. Les clients apprécient vraiment notre venue ici. »

La mère de Jeffrey fait partie des clients satisfaits.

Il y a deux ans et demi, alors que Jeffrey était un bambin, il a reçu un diagnostic de carie sévère et a dû être mis sous anesthésie générale pour que plusieurs de ses dents de lait soient recouvertes de couronnes en acier inoxydable. Comme ses molaires commencent tout juste à sortir, Kim Little est déterminée à éviter d'autres chirurgies dentaires et à garder les dents permanentes de son fils solides et en santé.

« Il n'a pas vu de dentiste depuis la chirurgie d'il y a deux ans. Je voulais donc m'assurer qu'il va bien », explique Mme Little.

Pour vérifier les dents de Jeffrey, Robert Schroth invite Mme Little à s'asseoir sur une chaise devant lui et demande au garçon de s'installer sur les genoux de sa mère, en lui faisant face, et de pencher la tête vers l'arrière, de façon à regarder le dentiste.

Alors que Jeffrey « ouvre sa bouche grande comme un lion », Robert Schroth enfile des gants stériles et commence à examiner délicatement les dents de l'enfant, en parlant avec sa mère et lui. Il cède ensuite la place à Khalida Hai-Santiago qui examine à son tour les dents de Jeffrey avant de prendre un petit pinceau pour appliquer un traitement fluoré.

Photo of members of the Healthy Smile Happy Child team posing with a young patient and his mom
Les membres de l'équipe Sourire en santé, enfant heureux en compagnie d'un jeune patient et de sa mère. À l'arrière : Sarbjeet Singh, Andrew Pierce, Melina Sturym, Dr Robert Schroth, Brandy Edwards (mère), Daniella DeMaré et Marion Hilario. Devant : Mary Bertone, Boi Edwards (patient) et Heather Martin. (Photo : Marianne Helm)

Une fois le travail terminé, les dentistes discutent rapidement ensemble et suggère à Mme Little de ramener Jeffrey voir son dentiste, ou un dentiste de la Clinique Mount Carmel ou d'un Centre d'accès de sa région, pour qu'un scellant au fluorure diamine d'argent soit appliqué sur ses dents pour les protéger de la carie. Ils donnent ce même conseil à la plupart des parents des enfants examinés dans les cliniques de dépistage.

« Les dents de la plupart des patients sont en bonne santé, précise Khalida Hai-Santiago. Le personnel infirmier de la santé publique informe bien les parents. Malgré tout, nous voyons des enfants qui ont des problèmes et nous nous assurons qu'ils savent où aller. Nous pouvons aussi les orientons vers leurs dentistes ou un endroit accessible pour eux. Nous ne laissons pas les problèmes trainer. »

Une fois revenu sur ses pieds, Jeffrey, encore tout sourire, prend la coordonnatrice du programme par la main et se rend à la table, au fond de la pièce, pour choisir du dentifrice et une brosse à dents aux couleurs de Blaze et les Monster Machines qu'il pourra rapporter chez lui.

Pendant ce temps Lacey, cinq ans, qui est dans la même classe que Jeffrey, grimpe sur les genoux de sa mère, Mandi Morrisseau, et penche la tête pour laisser le dentiste Schroth vérifier ses dents. Lorsqu'il a terminé, Khalida Hai-Santiago prend encore une fois le relais, pinceau à la main. Ensuite, Lacey redescend et laisse la place à son frère de presque deux ans, August, qui aura son premier examen dentaire.

August était impatient et agité pendant que sa mère remplissait le long questionnaire, mais il est maintenant calme et collabore à la perfection en penchant la tête et en ouvrant la bouche « aussi grande qu'un monstre ».

« Je l'ai amené parce que la carie dentaire m'inquiète et que je veux qu'il reçoive du fluor, dit Mme Morrisseau. Notre visite ici est très positive », ajoute-elle.

L'initiative Sourire en santé, enfant heureux vise à faire vivre des expériences positives aux enfants en matière de santé dentaire. Après tout, les groupes de discussion, les consultations, les cercles de partage, les questionnaires, les cliniques spéciales et les examens ont tous les mêmes objectifs : prévenir la carie de la petite enfance, réduire le nombre de chirurgies dentaires nécessitant une anesthésie générale et améliorer la santé buccodentaire des enfants. Pour y arriver, l'équipe de Sourire en santé, enfant heureux est déterminée à ce que les enfants, comme August, Lacey, Jeffrey et Boi, aient toujours accès à des examens dentaires et que leurs parents continuent d'avoir accès à des ressources et à de l'information sur la prévention de la carie de la petite enfance.

En travaillant en étroite collaboration avec des programmes pour la santé mère-enfant, des services communautaires et des ainées des communautés autochtones, l'équipe de Sourire en santé, enfant heureux mettra sur pied des activités culturelles et promotionnelles pour diffuser des messages essentiels sur l'importance des premières dents et les dommages causés à ces dents par les biberons, les gobelets anti-goutte et le sucre. Elle travaillera aussi à l'amélioration de l'accès à des articles de base, comme des brosses à dents, du dentifrice et du fluor, fera la promotion de l'allaitement au sein et de la saine alimentation et continuera d'expliquer que la carie de la petite enfance est évitable et que chaque enfant mérite un sourire en santé.

Sharon Chisvin est une rédactrice de Winnipeg.

L'importance de la santé buccodentaire


Il est important de prendre un bon départ en ce qui concerne la santé buccodentaire des enfants, même quand ils ont encore leurs dents de lait. Voici pourquoi :

Les enfants qui ont des caries durant la petite enfance peuvent avoir plusieurs problèmes, par exemple :

  • Difficulté à manger (ce qui peut entraîner des problèmes de croissance)
  • Difficulté à dormir en raison de la douleur
  • Difficultés d'apprentissage dues à la douleur
  • Infections à répétition et fièvre
  • Difficulté à parler en raison des dents manquantes
  • Mauvaise estime personnelle à cause de leur apparence
  • Dents d'adultes croches

Les dents de lait sont nécessaires pour :

  • Mâcher
  • Parler
  • Prévenir le mauvais positionnement des dents d'adulte
  • Avoir des dents d'adulte saines
  • Avoir une belle apparence

Voici les principales causes de la carie de la petite enfance :

  • Ne pas se brosser les dents (présence de bactéries causant la carie)
  • Coucher un bébé avec un biberon qui contient autre chose que de l'eau
  • Garder les biberons et les gobelets anti-goutte après l'âge d'un an
  • Garder le biberon ou le gobelet anti-goutte toute la journée
  • Pauvreté
  • Problèmes d'accès à des soins dentaires et manque de mesures de prévention
  • Prendre trop souvent des collations et des boissons sucrées

À propos des gobelets anti-goutte

Les biberons et les gobelets anti-goutte peuvent être problématiques pour la santé dentaire de votre enfant, surtout s'ils contiennent du jus ou d'autres boissons sucrées. Le problème vient du fait que le sucre dans ces liquides peut se déposer sur les gencives de l'enfant.

Voici quelques conseils pour réduire les risques de problèmes dentaires chez votre enfant :

  • Ne mettez pas votre bébé au lit avec un biberon (sauf s'il ne contient que de l'eau).
  • Offrez du jus sans sucre ajouté et les autres boissons sucrées dans un verre ordinaire.
  • Cessez d'offrir le biberon et le gobelet anti-goutte à votre enfant pour passer au verre, au plus tard à 14 mois.
  • Optez pour l'allaitement au sein, car le lait maternel seul risque peu de causer la carie dentaire.

Bien se brosser les dents

Voici des conseils pour favoriser la santé buccodentaire de votre enfant.

Aidez votre enfant à apprendre à bien prendre soin de ses dents :

  • Il aura envie de se brosser les dents quand il vous verra brosser les vôtres, excellent!
  • Il aura besoin que vous finissiez de lui brosser les dents jusqu'à l'âge de huit ans pour qu'il soit capable de bien le faire seul.
  • Il sera motivé par des stratégies, comme l'utilisation d'un sablier pour se brosser les dents plus longtemps.
  • Il aimera recevoir une petite récompense après avoir terminé son calendrier de brossage de dents, un bon moyen d'encourager l'hygiène dentaire!