Les soins voulus banner ad
Le Courant
Stipulation d'exonération Archives English wrha.mb.ca/fr
Photo of multiple chocolate chip cookiesManger sainement
Envie de changer
Un cours régional vise à promouvoir une
relation plus saine avec la nourriture
Partagez
Share this on Twitter Share this on Facebook Share this via Email

Par Kathleen McClinton
Mars/Avril 2019

Je suis une diététiste autorisée, pas une police de la bouffe. Et, comme vous, je ne suis qu'un être humain.

C'est ainsi que, quand ma voiture est tombée en panne récemment durant une vague de froid, je me suis retrouvée dans un fast-food. C'est la vie. Les voitures tombent en panne. Et j'ai mangé un cheeseburger pour souper.

Et vous savez quoi? C'était délicieux.

Je raconte cette histoire pour illustrer un point important qui échappe souvent à toute discussion sur l'alimentation saine. Et c'est tout simplement ceci : la vie est mouvementée et de nombreux facteurs externes influent sur nos choix alimentaires.

Parfois, ces facteurs sont aussi inévitables qu'un problème mécanique. À d'autres occasions, ils sont plus difficiles à cerner.

Cela s'explique par le fait que les aliments, en plus d'apporter des calories pour l'organisme, jouent un rôle de premier plan dans nos vies sociale et affective. Nous sortons prendre un café avec des amis pour se remettre au courant des nouvelles. Nous célébrons des fêtes en réunissant les êtres qui nous sont chers autour d'une même table bien garnie. Les succès et les occasions spéciales sont célébrés avec des sorties au restaurant. Nous venons à bout de travaux difficiles et de devoirs scolaires grâce au café et aux collations. Et si vous croyez aux clichés véhiculés par le cinéma, les ruptures et les mauvais moments sont apaisés par la crème glacée et le gâteau! De toute évidence, les déterminants de nos choix alimentaires à certains moments sont plus complexes que les gens ne le pensent ou ne peuvent l'imaginer.

Il est également vrai que nous vivons dans une culture de régimes à la mode, où nos choix sont jugés bons ou mauvais, soit blanc, soit noir. La plupart d'entre nous ne réussissent pas bien lorsqu'il faut se soumettre aux règles strictes, aux formules de repas et aux restrictions alimentaires qui font partie de ces régimes. Nous rêvons d'une meilleure approche plus durable à l'alimentation saine, mieux adaptée à la vie dans le monde réel.

Photo of a woman holding a dessert

C'est l'approche préconisée par un nouveau cours offert par l'Office régional de la santé de Winnipeg, intitulé « Craving Change », à l'intention des personnes qui cherchent à mieux comprendre quels sont les facteurs qui influent sur leurs choix alimentaires et comment ces connaissances peuvent les aider à développer un rapport plus sain avec la nourriture.

Conçu par la diététiste autorisée Wendy Shah et la psychologue clinicienne Colleen Cannon, le cours « Craving Change » ne porte pas sur la perte de poids ou sur un régime alimentaire. C'est un point de départ pour un examen de la façon dont notre environnement alimentaire, nos réflexions, nos sentiments et nos comportements acquis influent sur nos choix alimentaires quotidiens. Animé par des diététistes autorisées et d'autres professionnels de la santé, le cours « Craving Change » se déroule dans un environnement convivial où personne n'est jugé, de manière à ce que les participants puissent se rendre compte qu'une relation saine avec la nourriture ne relève pas uniquement de ses choix alimentaires, mais qu'il s'agit d'en prendre conscience et d'être vigilant.

Bref, il s'agit d'être plus attentif.

Être plus attentif ne signifie pas qu'il faille changer immédiatement ses habitudes alimentaires, mais cela permet de comprendre ce qui motive ses choix alimentaires. Si l'on constate qu'une certaine émotion se traduit automatiquement par une envie de manger, on en sera plus conscient et on pourra opérer des changements qui conviennent à son mode de vie.

Être plus attentif, c'est aussi apprendre à être moins critique de sa façon d'effectuer ses choix alimentaires. Dans ce cours, les participants apprennent que les fringales émotives n'entraînent pas automatiquement un effet nocif pour l'organisme. C'est plutôt la tendance spontanée à manger sans réfléchir qui peut avoir un impact à long terme sur la santé. Lorsque l'on comprend mieux les facteurs qui influent sur son rapport avec la nourriture, on passe moins de temps à comparer son assiette à celles des autres et plus de temps à réfléchir aux choses qui comptent.

La nourriture en soi n'est pas l'ennemi. Le cours « Craving Change » aide les participants à se connaître un peu mieux et à découvrir les expériences qui ont influencé leurs habitudes et leurs comportements alimentaires. Les participants me disent que savoir que leurs choix alimentaires ne sont plus contrôlés par leurs émotions a un effet libérateur.

Le cours consiste en trois séances de deux heures et il est offert tout au long de l'année. Il s'adresse aux adultes de 18 ans et plus et il saura intéresser toutes les personnes qui voudraient :

  • comprendre pourquoi il est si difficile de modifier ses habitudes alimentaires;
  • identifier les éléments déclencheurs de la suralimentation;
  • apprendre à réagir différemment aux éléments déclencheurs;
  • améliorer son rapport à la nourriture et ses habitudes alimentaires.

L'horaire des cours qui seront offerts en avril, mai et juin se trouve dans le guide des programmes du groupe sur la gestion de la santé (en anglais) de l'Office régional de la santé de Winnipeg à : www.wrha.mb.ca/community/primarycare/guide.php.

Kathleen McClinton est une diététiste autorisée, éducatrice agréée en diabète et clinicienne en gestion des maladies chroniques auprès de l'Office régional de la santé de Winnipeg. Cette chronique a été initialement publiée le 15 février 2019 (en anglais) dans le journal Winnipeg Free Press.